• 168 visits
  • 8 articles
  • 40 hearts
  • 149 comments

Bienvenue sur Laclochedelivres ! ♥ 09/07/2014

____________________________________________________________________Sleepy girl de Liza Feurtado
 
Laclochedelivres est un blog littéraire, d'où le nom, mais pas que !
Avec les années, j'ai réalisé que j'aimais bien tenir un blog. Que ce soit pour pondre des chroniques littéraires, discuter avec de nouvelles personnes ou bien simplement écrire.. je me sens à ma place ! C'est pourquoi j'ai décidé d'adapter ce blog un peu plus selon ma personnalité. Vous pourrez donc retrouver des chroniques littéraires (évidemment!), mais aussi d'autres articles de tout genre, ce qui donnera un côté plus personnel au blog. J'espère que le concept vous plaira, moi je suis motivée !
 
 
Les articles les plus récents:
- ...
 
 
 "But I loved the library simply because it was a library. I love libraries. I like reading, but I love libraries. Being surrounded by books makes me feel safe, the way some people need trees or mountains around them to feel secure. Not me – nature's not what I cling to. I cling to books.”
 
 

Tags : Présentation

La newsletter, pour ne pas perdre une miette ! 09/07/2014


Puisque chaque blog littéraire a sa newsletter, voici la mienne ! Il est possible que parfois je ne vous prévienne pas que je poste un nouvel article dû au manque de temps, mais je promets de vous prévenir, à un moment ou à un autre, de tous les nouveaux articles qui figureront sur ce blog. À votre tour, vous devez me promettre de passer et de commenter, sinon à quoi bon ? Bref, malgré tout, c'est très simple, en un commentaire, dites-moi que vous souhaitez être prévenu(e) et vous le serez ! 
 



1. Magie-Litteraire 2. Biblio-Dream 3. ReadingofButterfly 4. Love-of-book 5. SnowWhiteofMoon 6. Fille-de-lecture 7. Lecture-de-Rain
 

Tags : Newsletter

Un sommaire, comme ça personne ne se perd ! 11/07/2014


 
Sur cet article, vous pourrez retrouver tous les livres chroniqués sur ce blog.
Ils sont placés en ordre alphabétique des noms d'auteurs. 
 
__A__
 
__B__
 
__C__
 
__D__
 
__E__
 
__F__
 
__G__
GALLAY, Claudie - L'amour est une île 

__H__
 
__I__
 
__J__
 
__K__
 
__L__
 
__M__
 
__N__
 
__O__
 
__P__
PALACIO, R.J - Wonder
 
__Q__
 
__R__
ROSNAY, Tatiana (de) - Elle s'appelait Sarah 
RUIZ ZAFON, Carlos - L'Ombre du Vent 

__S__
SARTRE, Jean-Paul - La nausée 
.
__T__
 
__U__
 
__V__
 
__W__
 
__X__
 
__Y__
 
__Z__
 
 __AUTRES__
 
 

Tags : Sommaire

La nausée de Jean-Paul Sartre 11/07/2014

LA NAUSÉE
Jean-Paul Sartre
249 pages
 
Quatrième de couverture :
 
Donc j'étais tout à l'heure au Jardin public. La racine du marronnier s'enfonçait dans la terre, juste au-dessous de mon banc. Je ne me rappelais plus que c'était une racine. Les mots s'étaient évanouis et, avec eux, la signification des choses, leurs modes d'emploi, les faibles repères que les hommes ont tracés à leur surface. J'étais assis, un peu voûté, la tête basse, seul en face de cette masse noire et noueuse, entièrement brute et qui me faisait peur. Et puis j'ai eu cette illumination.
Ça m'a coupé le souffle. Jamais, avant ces derniers jours, je n'avais pressenti ce que voulait dire «exister». 



18/20 ― Une nouvelle fan de Sartre est née !





Ma chronique : 
.
Ayant reçu quatre livres gratuits de Sartre, il fallait bien que je tente le coup ― et rapidement. On m'a conseillé de débuter avec La nausée, choix que je n'ai pas du tout regretté !
Je dois avouer que chroniquer ce livre m'effraie, car j'en connais encore si peu sur Sartre et sa philosophie. Par contre, j'ai adoré découvrir la plume de ce grand écrivain.

Le personnage principal de ce roman est Antoine Roquentin, être solitaire qui pense et regarde beaucoup. Antoine Roquention occupe ses journées en écrivant un livre sur l'histoire d'un émigré. Bien vite, il abandonne ce projet et il se rend compte qu'il n'a plus aucune réelle raison de vivre. Il ne lui reste plus qu'à exister. Dès les premières pages, j'ai beaucoup apprécié ce personnage. Il respecte énormément ses convictions et ses valeurs et si quelque chose le trouble trop, il s'en éloigne et essaie de comprendre ce qui s'est passé. Tout le long du livre, Antoine est victime de "la nausée", sentiment qui le laisse très amer et qui lui rend la vie plus difficile. En effet, que ce soit dans un café ou à la bibliothèque, Antoine peut subir un étrange malaise qui lui fait peur ses moyens.

Un point positif de ce roman est qu'il est écrit sous forme de journal intime. Les 'chapitres' sont donc séparés soit par jour, soit par moments de la journée. Ça nous permet de rester très proche d'Antoine et de s'attacher davantage à lui. 

La philosophie de Sartre est celle de l'existentialisme, thème évidemment très abordé dans l'histoire. Je prenais un grand plaisir à essayer de comprendre sa façon de pensée, à m'enrichir. 

Un seul passage m'a ennuyée, celui où il se promène dans les rues en suivant des gens le dimanche. Je le trouvais long et redondant. J'arrivais à comprendre où Sartre voulait en venir, mais je ne pense pas que c'était nécessaire que ce chapitre soit si long.

Bref... J'ai sûrement loupé plusieurs passages, je n'ai sûrement pas tout compris ce que Sartre se bornait à expliquer, mais une chose est certaine : je relirai un autre de ses livres !

◊◊◊
.
Un extrait:
«Peut-être est-il impossible de comprendre son propre visage. Ou peut-être est-ce parce que je suis un homme seul ? Les gens qui vivent en société ont appris à se voir, dans les glaces, tels qu'ils apparaissent à leurs amis. Je n'ai pas d'amis : est-ce pour cela que ma chair est si nue ? On dirait ― oui, on dirait la nature sans les hommes.»

Tags : Jean-Paul Sartre

Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay♥ 12/07/2014

ELLE S'APPELAIT SARAH
Tatiana de Rosnay
403 pages
 
Quatrième de couverture :
 
Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l'étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l'abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible.
Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie changer à jamais. 
Elle s'appelait Sarah, c'est l'histoire de deux familles que lie un terrible secret, c'est aussi l'évocation d'une des pages les plus sombres de l'Occupation.
Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connait un succès international, avec des traductions dans vingt pays. 
 
20/20 ― Je suis bouleversée, je ne me remettrai pas de cette lecture de sitôt...
 
 
 
Ma chronique :_____________________________________________COUP DE COEUR 
 
Je viens tout juste de terminer cette lecture et je fixe mon écran dans l'espoir de trouver les bons mots. Les bons mots pour décrire ce livre, pour parler de cette partie de l'histoire qui a tellement détruit de vie. Je tenterai de faire de mon mieux en vous parlant de la partie historique de ce roman, de l'évolution des personnages qui m'a tellement ravie et finalement, de mon ressenti face à cette triste histoire. 
 
Elle s'appelait Sarah raconte tout d'abord l'histoire d'une journaliste américaine, Julia Jarmond, qui vit en France, suite à son union avec un Français, Bertrand. Ils ont eu une petite fille, Zoë, tellement adorable, attachante et intelligente ! Julia doit écrire un article sur la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv, l'abrégé pour Vélodrome d'Hiver. Cette tâche l'amènera à découvrir le passé d'une jeune enfant: Sarah. Ce que Julia découvrira la hantera pendant très longtemps et, d'une façon, la changera à jamais.
 
Avant de lire ce roman, je n'avais aucune idée ce qu'était la rafle du Vélodrome d'Hiver. Pas la moindre idée. En lisant ce livre, j'ai découvert une partie de la Deuxième Guerre mondiale tellement triste, tellement affreuse, tellement horrible... Pas que ce que je sache déjà ne soit pas atroce, au contraire ! En fait, la rafle du Vel d'Hiv a eu lieu en juillet 1942. Des milliers de Juifs -hommes, femmes et enfants- se sont fait capturés par la police française et se sont fait entassé dans le Vélodrome dans des conditions pire qu'horribles. Ce qui me brise le coeur dans cette histoire, c'est que les Français capturés se disaient "il ne peut rien nous arriver de mal, c'est la police française, elle est avec nous, nous sommes en sécurité". Ils auraient dû l'être. C'était le rôle de la police de les protéger, peu importe leur religion. Mais non. Ils ont tous été séparés et puis gazés à Auschwitz. C'est atroce, c'est franchement horrible. J'en ai mal au coeur rien qu'à y penser. C'est inhumain de penser que des humains ont fait subir de telles atrocités à des gens du même espèce qu'eux. C'est inimaginable. Pourtant, ça fait parti de l'histoire. 
 
Pour changer un peu cette note triste, j'ai été subjuguée par l'évolution des personnages. On rencontre une Julia renfermée qui ne prend pas sa place, qui n'ose pas la prendre, et à la fin, on redécouvre une Julia complètement changée ! Elle est forte, elle se tient debout, elle suit ses convictions et elle n'a plus peur d'être laissée à elle-même. 
Bertrand, son époux, semble être un homme qui a du pouvoir et qui se fait respecter. Pourtant, on finit par comprendre que lui-aussi peut se fatiguer, peut être fatigué par les bêtises de la vie. Qu'au fond, il n'est pas aussi fort qu'il le laisse paraître. Finalement, je pense que le personnage qui m'a le plus séduit est Édouard, le père de Bertrand. Au début, Julia le décrit comme un homme froid, strict, qui ne démontre jamais rien. Mais, mon Dieu, qu'il change, qu'il se laisse aller, qu'il se laisse être lui-même ! C'était beau à voir, j'en étais émue. 
Je lève mon chapeau à Tatiana de Rosnay pour avoir su rendre tous ses personnages si réels, si différents et pourtant tous très attachants à leurs façons.
 
Bref, comment ne pas classer ce livre parmi mes coups de coeur, mes coups au coeur ? J'ai été bouleversée, probablement du début jusqu'à la fin, l'histoire de la petite Sarah est tout simplement horrible. J'aurais voulu la sortir du livre, la sauver de tout ça, lui redonner une famille, sa famille et que tout ce mal s'arrête. Ce livre m'a touché au plus profond de mon être et je sais très bien que je ne m'en remettrai pas si facilement...

◊◊◊
 
Un extrait:
«Elle était belle, se souvenait Nicolas, une belle fille de dix-huit ans, resplendissante de vie et d'énergie, et ce jour-là, pour la première fois, j'ai senti qu'il y avait encore du bonheur en elle, de l'espoir aussi.»
 

Tags : Tatiana de Rosnay - Coup de coeur

Blogs to discover