La nausée de Jean-Paul Sartre

LA NAUSÉE
Jean-Paul Sartre
249 pages
 
Quatrième de couverture :
 
Donc j'étais tout à l'heure au Jardin public. La racine du marronnier s'enfonçait dans la terre, juste au-dessous de mon banc. Je ne me rappelais plus que c'était une racine. Les mots s'étaient évanouis et, avec eux, la signification des choses, leurs modes d'emploi, les faibles repères que les hommes ont tracés à leur surface. J'étais assis, un peu voûté, la tête basse, seul en face de cette masse noire et noueuse, entièrement brute et qui me faisait peur. Et puis j'ai eu cette illumination.
Ça m'a coupé le souffle. Jamais, avant ces derniers jours, je n'avais pressenti ce que voulait dire «exister». 



18/20 ― Une nouvelle fan de Sartre est née !





Ma chronique : 
.
Ayant reçu quatre livres gratuits de Sartre, il fallait bien que je tente le coup ― et rapidement. On m'a conseillé de débuter avec La nausée, choix que je n'ai pas du tout regretté !
Je dois avouer que chroniquer ce livre m'effraie, car j'en connais encore si peu sur Sartre et sa philosophie. Par contre, j'ai adoré découvrir la plume de ce grand écrivain.

Le personnage principal de ce roman est Antoine Roquentin, être solitaire qui pense et regarde beaucoup. Antoine Roquention occupe ses journées en écrivant un livre sur l'histoire d'un émigré. Bien vite, il abandonne ce projet et il se rend compte qu'il n'a plus aucune réelle raison de vivre. Il ne lui reste plus qu'à exister. Dès les premières pages, j'ai beaucoup apprécié ce personnage. Il respecte énormément ses convictions et ses valeurs et si quelque chose le trouble trop, il s'en éloigne et essaie de comprendre ce qui s'est passé. Tout le long du livre, Antoine est victime de "la nausée", sentiment qui le laisse très amer et qui lui rend la vie plus difficile. En effet, que ce soit dans un café ou à la bibliothèque, Antoine peut subir un étrange malaise qui lui fait peur ses moyens.

Un point positif de ce roman est qu'il est écrit sous forme de journal intime. Les 'chapitres' sont donc séparés soit par jour, soit par moments de la journée. Ça nous permet de rester très proche d'Antoine et de s'attacher davantage à lui. 

La philosophie de Sartre est celle de l'existentialisme, thème évidemment très abordé dans l'histoire. Je prenais un grand plaisir à essayer de comprendre sa façon de pensée, à m'enrichir. 

Un seul passage m'a ennuyée, celui où il se promène dans les rues en suivant des gens le dimanche. Je le trouvais long et redondant. J'arrivais à comprendre où Sartre voulait en venir, mais je ne pense pas que c'était nécessaire que ce chapitre soit si long.

Bref... J'ai sûrement loupé plusieurs passages, je n'ai sûrement pas tout compris ce que Sartre se bornait à expliquer, mais une chose est certaine : je relirai un autre de ses livres !

◊◊◊
.
Un extrait:
«Peut-être est-il impossible de comprendre son propre visage. Ou peut-être est-ce parce que je suis un homme seul ? Les gens qui vivent en société ont appris à se voir, dans les glaces, tels qu'ils apparaissent à leurs amis. Je n'ai pas d'amis : est-ce pour cela que ma chair est si nue ? On dirait ― oui, on dirait la nature sans les hommes.»

Tags : Jean-Paul Sartre

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.81.150.27) if someone makes a complaint.

Comments :

Report abuse